Le CCNE définit l’eugénisme comme une recherche d’amélioration de l’espère humaine, au moyen de procédés de sélection d’individus soutenue par une politique d’Etat coercitive. Doit-on, sur la base de cette définition, parler d’eugénisme lorsqu’on se réfère aux pratiques contemporaines de l’assistance